Améliorer les performances sportives avec le yoga

Située à Angers, je vous propose du coaching sportif par le yoga.
Pour toute question ou pour prendre rendez-vous, contactez-moi !

Je vous propose de compléter votre préparation et votre pratique sportive par du yoga, comme le font de plus en plus d’athlètes de haut niveau.

Des hockeyeurs sur glace de l’équipe professionnelle de Gap, au basketteur Kevin Garnett, du tennisman Novak Djokovic au basketteur LeBron James, ils sont nombreux à ajouter le yoga à leurs entraînements. Pour quelles raisons ? Est-ce pour améliorer les performances sportives ou pour d’autres raisons ?

Découvrez ce que vous pouvez retirer du yoga.

Trop de sport casse le corps

À se fixer des objectifs trop élevés, le corps peut se casser. Les excès fragilisent la mécanique, mais encore faut-il comprendre et sentir ce qu’est un excès.

Beaucoup de sportifs abordent leur discipline en se fixant des objectifs indépendamment de leur corps, de leur histoire, en voulant améliorer les performances sportives comme si tout était possible, pour tout le monde, de façon équivalente. Or, nos capacités sont fondamentalement inégales, en raison de nos personnalités variées ou encore de nos bagages génétiques différents. Certains devront, en effet, fournir plus d’efforts et de travail que d’autres pour obtenir le même résultat.

La connaissance de soi et l’écoute de soi ne sont pas données d’emblée à tout le monde : ce sont des mécanismes qui s’apprennent. Et le yoga y conduit.

La souplesse pour améliorer les performances sportives

Améliorer les performances sportivesLe yoga, comme la danse, harmonise le corps entre force et souplesse. L’idée fausse selon laquelle la souplesse nuit à la force du travail musculaire est encore trop répandue.

Travailler la force et la souplesse sont deux façons différentes et complémentaires de travailler le muscle. Notons que nos sociétés valorisent la première nettement plus que la seconde.

En dehors des danseurs, les hommes sont plus attachés à développer leur masse musculaire et à apporter des preuves de leur force plutôt qu’à travailler le grand écart ou la souplesse des épaules (pourtant bien utile au quotidien pour gratter le dos qui démange ou pour le savonner !).

Exemples de gains grâce à la souplesse

La souplesse est bien l’alliée de la performance. Pensez :

  • à un gardien de but qui pourra allonger davantage la jambe lors d’une interception de ballon,
  • à un coureur qui pourra augmenter sa foulée, gagnant ainsi de précieux centimètres qui, s’accumulant tout au long de la course, finiront par faire la différence pour un même effort,
  • ou encore à ces sportifs qui ont besoin de bouger l’ensemble de leur corps avec aisance et sans blocages dans des sports collectifs ou des sports d’acrobatie.

Les entraîneurs savent bien maintenant qu’un corps qui n’est pas préparé à de tels mouvements, qui manque de souplesse, présentera des risques accrus de blessures.

Le yoga travaille aussi la souplesse du corps énergétique : la connaissance de soi apportée par le yoga permet de trouver des ressources que l’on ne soupçonnait pas jusque-là.

Améliorer les performances sportives de l’intérieur

Le yoga conduit à une plus grande connaissance de son propre corps. Cette compréhension permet de devenir acteur de ses placements et de ses efforts.

Le coach sportif peut donner des pistes de travail, des indications et des conseils. Mais l’athlète doit les intégrer par une réelle compréhension de son corps. À ce travail intérieur, développant l’intelligence du corps, le yoga y conduit.

Le yoga et la rigueur

Beaucoup de joggers pratiquent la course pour se maintenir en bonne forme. La plupart connaissent la nécessité d’étirer les muscles après la course, notamment ceux des jambes, pour améliorer la récupération.
J’ai toutefois rarement vu des joggers réaliser ces étirements de façon efficace, prenant même des attitudes dangereuses pour eux-mêmes : ils tirent un peu sur les ischio-jambiers et beaucoup sur leur dos, fragilisant les disques intervertébraux (la logique du corps est la même que celle que je décris dans la posture de la pince).

La pratique du yoga est un travail rigoureux, basé sur la géométrie du corps. Il ne s’agit pas d’une géométrie abstraite mais d’une géométrie propre à chacun. Voilà notamment pourquoi vous pouvez régulièrement lire que le yoga s’adapte à tous.

La compréhension de la logique du squelette et des muscles, à laquelle mène le yoga, permet de travailler dans les axes et dans des chemins qui renforcent le corps et non pas dans des voies qui le blessent. Le yoga rééquilibre le corps quand le sport amateur ne le permet pas. Il permet également de comprendre la notion d’effort juste.

Du corps à l’esprit : les endorphines

Faire de l’exercice physique stimule la fabrication d’endorphines. Cette substance est fabriquée par tous les vertébrés lors d’une activité physique intense (mais aussi en cas de douleur et d’orgasme) et provoque bien-être et détente.
Les endorphines ont également une action anti-douleur : ce sont elles qui permettent de tenir la course sur une longue distance car elles atténuent les douleurs qui se manifestent alors dans le corps.

La maîtrise de la pratique méditative permet également d’augmenter le taux d’endorphines dans le sang. Le Dr Jacques Vigne a abordé ce sujet dans son livre Soigner son âme : Méditation et psychologie.

Donner du sens à l’absurde

Lors des compétitions, il peut arriver de battre ses adversaires tout en restant en deçà de ses performances maximales, mais il peut aussi arriver d’être battu alors que l’on était au maximum de ses capacités. Quand est-on alors le plus satisfait ? La pratique sportive peut révéler une certaine absurdité qu’il faut pourtant affronter.

Par ses impacts sur le mental, les émotions, le rapport au temps et au monde, le yoga permet de construire un nouveau rapport à la pratique sportive, en trouvant de nouvelles sources de satisfaction et de motivation.

Améliorer les performances sportives par le yoga