Contenu du stage que je propose

Le stage allie temps de pratique et temps théoriques.
Il vise à comprendre comment la pratique du yoga postural peut servir un épanouissement quotidien et permettre d’ajuster ses comportements dans la vie de tous les jours. J’étudierai notamment les chakras. L’expérience posturale sera détaillée pour comprendre en quoi elle participe à la connaissance et au travail sur soi.
Je donnerai les éléments pour appréhender les trois façons d’être-au-monde et donner les moyens aux participants d’identifier leur mode privilégié.
Nous explorerons l’intelligence somatique et la symbolique des postures.
À la fin du stage, les participants pourront définir les postures adaptées à leur problématique et auront construit une feuille de route leur permettant de hiérarchiser leurs actions pour aller vers le meilleur d’eux-mêmes.

LIEU : Angers
DATE : 15-16 juin 2019
PUBLIC : toute personne ayant une pratique de yoga d’au moins 2 ans
MONTANT : 270 euros

Cliquez ici vers le formulaire de contact pour vous préinscrire

Vers la connaissance de soi

contrôler les fluctuations du mental

Le yoga est une technique psychosomatique très efficace pour équilibrer nos vies et atteindre nos buts individuels, comme la santé physique et la paix psychique.

Le yoga propose l’étude de soi pour « faire cesser les fluctuations du mental”. L’étude de soi répond aux impératifs sociétaux contemporains de connaissance de soi : depuis les années 70, les média appuient l’idée qu’il faut comprendre le fonctionnement de sa psyché pour trouver l’épanouissement dans cette vie moderne.

La connaissance de soi-même amène à comprendre :

  • que l’on peut changer de point de vue sur le monde (ce que l’on peut faire spontanément aux différents âges de la vie mais qui ne nous apporte pas forcément davantage de paix),
  • que ce que l’on identifie comme étant un “soi-même” immuable peut finalement évoluer et être modifié.

Comprendre sa nature profondeÀ partir de là, il semble possible de cheminer vers ce qui constitue notre “nature profonde”, dépassant les constructions sociale ou culturelle.
Mais cette “nature profonde” est peut-être l’un des problèmes contemporains majeurs. Dans les années 70, nous sommes passés d’un monde où l’épanouissement résidait dans l’accomplissement de nos devoirs à un monde où l’épanouissement réside dans l’accomplissement de nos désirs. Le second se révélerait bien tout aussi artificiel que le premier et brouillerait probablement tout autant la quête du bonheur qui semble obséder nos sociétés modernes.

Je vous propose d’ailleurs ici un long texte qui permet d’articuler la notion de devoirs dans une vie orientée par le désir, d’alimenter les questions que l’on peut se poser sur l’orientation à donner à sa vie : Nul n’a droit qu’à faire son devoir.

Équilibrer ses modes d’être-au-monde

La force du yoga est de s’intéresser aux trois façons d’être-au-monde de l’être humain :

  • action,
  • ressenti,
  • rationalité.

Le grand ensemble du yoga se décompose en sous-ensembles de pratiques, dont certaines se focalisent davantage sur une composante : le karma yoga se concentre sur l’action, le bhakti yoga se concentre sur le ressenti, et le jnana yoga sur l’usage de la raison.

Travail sur la connaissance de soiLa connaissance de soi passe par l’identification de son mode d’être-au-monde, afin de percevoir ce qui pose problème, ce qui nous limite dans notre épanouissement personnel, et bien sûr d’équilibrer notre fonctionnement.
La connaissance de soi doit servir au changement de la personnalité vers le meilleur d’elle-même. C’est une connaissance toujours en mouvement car elle se réajuste au fur et à mesure des changements.

La difficulté est de se percevoir tel que l’on est, en évitant les mécanismes dépréciatifs ou, à l’inverse, ceux qui valorisent sans lien avec une quelconque réalité de faits. C’est la raison pour laquelle les chercheurs spirituels s’associaient à un maître, apte à les guider dans leur progression, à les remettre en chemin en cas d’égarement.