Yogalâme

Ennéagramme et lectures spirituelles

Si vous connaissez le système de l’ennéagramme, vous savez que cette approche considère que l’être humain a trois façons d’être au monde (désignées comme 3 centres dans les ouvrages spécialisés) : par le mental, par les émotions et par le corps. J’ai réfléchi à 3 auteurs dont la lecture pourrait se révéler particulièrement utile pour prendre du recul par rapport à son mode de fonctionnement premier.
 

Proposition de lecture pour les mentaux

Lorsque l’on appréhende le monde d’abord avec son mental, on analyse beaucoup dans le but de rendre le monde et le futur plus sûrs. La peur est un sentiment important dans la vie de tous les mentaux. Compte tenu de l’importance de ce sentiment dans les réflexions de Jiddu Krishnamurti, je pense que la lecture de ce penseur indien ne peut qu’être utile pour aider les mentaux à envisager le monde un peu différemment et à lâcher certaines facettes d’eux-mêmes qui les empoisonnent. Dans “La flamme de l’attention”, il interroge : “L’homme a accumulé un savoir immense dans le domaine de la science, de la psychologie, de la biologie, des mathématiques, etc. […] Ce savoir nous a-t-il donné la liberté, une vie juste, une vie qui soit fondamentalement bonne ?”. Dans cet ouvrage, il appelle à observer la condition humaine en lui donnant une attention complète pour parvenir à une compréhension qui soit pure intelligence, libre de toute causalité. Nul doute que cela pourra ouvrir de nouvelles perspectives aux mentaux.
 

Proposition de lecture pour les émotionnels

Lorsque l’on appréhende le monde d’abord avec ses émotions, on peut ressentir beaucoup de honte par rapport à l’expression de ses désirs. Aussi, la lecture de Swami Prajnanpad, guru indien du vedanta non-dualiste connu en France pour avoir été le maître spirituel d’Arnaud Desjardins, sera extrêmement profitable. Il a notamment fait partie de ceux qui ont introduit la psychanalyse en Inde. Mais il finira par s’en détacher, développant sa propre technique, à la fois thérapeutique et spirituelle, appelée lying (« être étendu »), dont le but est de travailler sur ses émotions et ses désirs, afin de parvenir à vivre une expérience de non-dualité (advaita). Son enseignement spirituel est connu sous le nom d’adhyatma yoga. Le psychiatre-psychothérapeute Christophe Massin qui a découvert l’approche de Swami Prajnanpad à travers Arnaud Desjardins a notamment publié “Souffrir ou aimer : Transformer l’émotion”.
 

Proposition de lecture pour les corporels

Lorsque l’on appréhende le monde d’abord avec son corps, les questions de sécurité et de survie sont très présentes et le sentiment dominant est la colère. La confrontation aux enseignements de Sri Aurobindo peut se révéler particulièrement enrichissante pour ces personnes. Sri Aurobindo est un sage indien au parcours atypique car il a été tout à la fois un des leaders du mouvement pour l’indépendance de l’Inde, poète, philosophe et mystique. Son approche se nomme le yoga intégral. Son constat de départ était que la plupart des méthodes de yoga avaient pour vocation à conduire en dehors de ce monde, hors de la vie terrestre, ce qu’il refusait, cherchant à réaliser le Divin sur Terre. On retrouve l’opposition entre le yoga du Yogasutra et le yoga tantrique. Pour incarner ses enseignements, Sri Aurobindo a bâti une communauté nommée Auroville, pensé comme un lieu inaliénable, où des êtres de bonne volonté, sincères dans leurs aspirations, peuvent vivre librement.
 

Éléments de réflexion

Chacune de ces personnalités a pu faire à un moment où à un autre l’objet de critiques. L’approche de l’ennéagramme nous invite à considérer que les voies de progrès sont différentes pour chacun d’entre nous, en fonction de la façon dont nous sommes au monde. Aussi, aucune approche ne vaut davantage qu’une autre. Mais il est en revanche certain qu’une approche vous parlera davantage qu’une autre, tout simplement parce que vous partagez la même façon d’être au monde que son auteur. Cela a des avantages mais également des inconvénients. Ces approches spirituelles appellent à tirer le meilleur parti de notre centre principal. Mais l’équilibre de chacun réside dans l’utilisation de nos 3 centres, sans se laisser emporter par le centre principal qui peut être source d’erreurs, d’errances et de souffrances.
Voilà aussi pourquoi ces cheminements intimes sont plus productifs lorsqu’ils sont guidés par une personne bienveillante et compétente, à condition d’accepter la parole de cette personne, d’accepter de sortir de ses schémas sclérosants.