La Guerre des étoiles : vulgarisation du Vedanta

Georges Lucas, scénariste et réalisateur du film La Guerre des Étoiles aurait été formé dans les années 70 à une pratique de méditation, qualifiée de sectaire dans certains pays, se réclamant de la tradition védique.
Que cela soit vrai ou pas, La Guerre des Étoiles comporte de nombreux éléments qui permettent d’appréhender le film comme une vulgarisation (extrême) de quelques fondamentaux des Veda. Les Veda sont des textes révélés aux sages, très anciens, qui ont inspiré de nombreux courants de pensée dont le Vedanta, philosophie métaphysique dont le noyau est la non-dualité.

Le Brahman / la Force

Dans La Guerre des Étoiles, on parle de la Force, espèce de vibration universelle qui se trouve partout dans l’univers. Toutes les formes du monde sont une manifestation de la Force. Certains la vivent, la ressentent : ce sont les jedi. Les autres, eux, n’en ont qu’une vague idée.

Le concept cinématographique de Force est une façon d’illustrer l’idée sur laquelle repose l’hindouisme : un seul et unique principe divin s’incarne dans les différentes formes du monde. Le monde n’est fragmenté et rempli d’êtres et de choses multiples qu’en apparence ; en essence, tout cela est l’expression d’un seul principe suprême, d’une réalité ultime, le Brahman.

L’ignorance de la Force, le fait de ne pas nous vivre comme une manifestation du Tout et d’être enfermé dans notre ego, est source de souffrance car cette ignorance entraîne illusions, dépendances, automatismes mentaux, etc…

La maîtrise de soi

La maîtrise de soi dans le film LA Guerre des étoiles“Le monde a toujours été agité. Tant que l’Homme n’est pas transformé intérieurement, il entre en conflit à propos de beaucoup de choses. La vraie question est de savoir comment nous apaiser et vivre en harmonie dans un monde agité. C’est la seule manière d’apaiser le monde. Quand un individu trouve la paix, le monde trouve un équilibre.” (citation d’un entretien avec Swamini Umananda retranscrit ici)

Contribuer à l’harmonie de l’univers passe par le respect de trois piliers :

  • satya, la vérité, l’honnêteté,
  • brahmacharya, la maîtrise intelligente des sens,
  • ahimsa, la non-violence.

Le respect de ces principes amènent à exprimer des qualités. Par exemple, ahimsa peut se traduire par patience, douceur, gentillesse.

Dans La Guerre des Étoiles, la maîtrise de soi repose essentiellement sur la maîtrise de deux émotions fondamentales : la peur et la colère.

L’introspection

La maîtrise de soi commence par l’introspection, c’est-à-dire regarder à l’intérieur de soi. Il n’y pas de miroir pour cela. Il faut réussir à se mettre à distance de soi, devenir observateur et non plus en fusion avec les pensées qui (s’)agitent (dans) notre mental. Lorsque l’on fait cela, les émotions sont vécues complètement différemment que lorsqu’on imagine qu’elles sont le prolongement de nous-mêmes.

Georges Lucas construit une scène efficace pour illustrer ce processus.
Yoda invite Luke à pénétrer dans un endroit sombre et obscur, aux aspects menaçants. Luke demande ce qu’il s’y trouve. Yoda répond alors “Juste ce que tu y apporteras. Car les choses ne sont ni bien, ni mal, c’est le regard que l’on porte sur elles qui les colore”.

Cette phrase est la clé de nombreuses approches orientales. C’est également ce que montrent les neurosciences : notre cerveau n’est pas aux prises directes avec la réalité, nous plaçons entre nous et le monde des tas de filtres, appelés biais cognitifs.

La mise à distance des mécanismes automatiques que nous avons mis en place tout au long de notre existence, depuis le premier souffle, se retrouve dans une autre phrase de Yoda qui apprend à Luke la maîtrise de la Force (c’est-à-dire à l’expérimenter, à la vivre, et par voie de conséquence à être plus fort) : “tu dois désapprendre tout ce que tu as appris”.

Le Dharma

La guerre des étoiles, le yoga pour les nulsLe vrai nom de la religion hindoue est le Sanatana Dharma, la Loi éternelle.
Selon l’hindouisme, il existe un ordre cosmique, le Dharma.
La vie de chacun doit être conduite selon son devoir, c’est le svadharmaEn accomplissant son devoir, l’être humain est en paix avec lui et avec les autres.

Dark Vador est d’abord le grand méchant, avant de se révéler être l’Élu, celui qui ramène l’équilibre dans la Force. On ne le comprend que dans l’acte qui précède sa mort, celui qui lui permet aussi de s’accomplir, et par là de trouver la paix intérieure. Les événements se produisent finalement selon l’ordre cosmique, loi qui était connue des seuls jedi (mais dont ils doutaient eux-mêmes).

L’existence de l’ordre cosmique, même s’il n’est pas connu ou reste incompréhensible, est ce qui donne du sens à nos existences. L’accomplissement de soi s’atteint en se mettant au service du monde, seule possibilité de dépasser notre ego.
Dans La Guerre des Étoiles, Luke agit pour éliminer la dictature et le rétablissement de la démocratie. Son père, Dark Vador, avant de réaliser le geste qui l’accomplit, état devenu méchant en se laissant emporté par sa peur et sa colère, en voulant contrôler ce qu’il ne pouvait pas contrôler.

Photos d’Alexander Andrews et Miguel Bruna.