Yogalâme

Le rocking sur le dos : la jeunesse de la colonne vertébrale

rocking sur le dos en yoga

Comment se masser soi-même le dos ? C’est possible en réalisant un mouvement de rocking sur le dos appelée aussi bascule sur le dos ou roulade. J’ai appris ce mouvement lorsque je pratiquais le hatha yoga selon l’approche d’André Van Lysebeth. Il était systématiquement proposé en début de séance, en guise d’échauffement. Et que de vertus sont associées à cette pratique ! De plus, les enfants adorent le faire…

Les vertus du rocking sur le dos

Le va-et-vient sur l’ensemble du dos, en allant chercher à rouler le plus haut possible sur les épaules permet de masser toute la musculature dorsale dans son ensemble en profondeur.

Grâce à ce mouvement, on peut même être en quelque sorte son propre ostéopathe. En effet, la colonne vertébrale est loin d’être aussi fixe que l’on peut l’imaginer : les vertèbres sont mobiles (comme l’ensemble du squelette, les organes et les viscères : le mouvement, c’est la vie !). C’est d’ailleurs cette mobilité qui permet d’encaisser les différents efforts liés aux mouvements du quotidien. À condition d’allier souplesse et force. Dans ce cadre, elles peuvent régulièrement se déplacer de quelques millimètres.

Mais lorsque la santé générale n’est pas bonne, les déplacements peuvent s’amplifier parce qu’il n’y a plus d’amorti possible mais déformation. Gêne puis douleurs s’installent durablement. C’est alors qu’on va chercher à résoudre le problème par des manipulations manuelles du système musculosquelettique, dans un premier temps, ou par des examens médicaux et des traitements associés lorsqu’aucun autre soulagement n’est possible, parce que le dos s’est bloqué, fixé, enflammé.

La notion d’entretien régulier est au cœur de nombreuses pratiques asiatiques, que cela soit le yoga ou le taiji juan. La pratique du rocking s’inscrit dans cette approche et permet de remettre rapidement en place les petits désordres. 10 roulades a day keep the osthéopathe away pourrait-on dire 🙂

La vision des médecines traditionnelles asiatiques

L’entretien de la colonne vertébrale est essentiel, que l’approche soit indienne ou chinoise.

Côté indien, cette partie du squelette est considérée comme un canal essentiel de circulation de la kundalini, énergie spirituelle. Le yoga insiste beaucoup sur la mobilité de la colonne vertébrale et notamment par le biais de torsions, à même de la libérer des tensions. En sanskrit, la colonne vertébrale est nommée “Meru danda”, le bâton Meru. Le mont Meru est la montagne mythique, support du macrocosme. Dans l’approche ayurvédique, la colonne vertébrale est le soutien du microcosme qu’est le corps humain. Le massage de la colonne vertébrale que procure le rocking sur le dos crée des changements dans la chimie corporelle et supprime toutes les tensions du corps.

Pour les médecines traditionnelles indienne et chinoise, les douleurs résultent d’un déséquilibre énergétique profond, d’une obstruction du prana ou du qi. La santé de la colonne est indispensable pour la circulation de l’énergie interne. Mais cela n’est bien sûr pas suffisant en cas de déficience du qi des reins, du foie ou de la rate.

Quand pratiquer le rocking sur le dos ?

Le rocking sur le dos peut être considéré comme un échauffement à la posture de la charrue (halasana). La pratique régulière du rocking fortifie et améliore la souplesse de la colonne vertébrale, tonifie le système nerveux, les muscles dorsaux. Le mouvement se révèle équilibrant pour le niveau d’énergie général : il apaise ceux qui sont en excès d’énergie rajasique (mouvements, changements, attachements) et dynamise ceux qui sont en excès d’énergie tamasique (inertie, torpeur, matérialité).

Il s’agit d’une pratique d’entretien et non d’une pratique thérapeutique. Le rocking sur le dos ne peut donc pas être réalisé en cas de hernie discale, de spondylite (inflammation d’une vertèbre), de colonne vertébrale et de cervicales fragiles. Si vous avez un doute, il est nécessaire de demander l’avis de votre médecin.

Comment pratiquer le rocking sur le dos ?

Pour pratiquer le rocking sur le dos, il existe plusieurs possibilités. On peut le faire jambes croisées en tailleur. Les mains saisissent les orteils par les côtés, en passant sous les genoux. Il ne faut avoir aucune crainte de se laisser aller en arrière. Pourtant, c’est ce qui bloque beaucoup de personnes. C’est un exercice de lâcher-prise à part entière. Une fois que cette première porte est ouverte, la suite se met en place aisément. Les débutants pourront être gênés par le passage du bassin. Large partie plate dans le bas du dos, cela peut “taper” sur le sol quand on démarre dans la pratique de ce mouvement. Le passage en douceur se fait en écartant les pieds des fesses au bout moment : c’est cela qui “arrondit” ce passage. Il est important de partir en rentrant bien la tête à l’intérieur. Pour le souffle, on prend une inspiration avant de se lancer et l’expiration arrive naturellement puisque le ventre est comprimé lorsque l’on est sur le dos. L’inspiration se fait lorsqu’on remonte.

Pour certains, il sera plus aisé de démarrer avec la version jambes décroisées (2e version de la vidéo ci-dessous).

Enfin, pour les plus joueurs, car le yoga peut aussi être “fun”, et, comme des enfants, on peut prendre plaisir à expérimenter des choses avec son corps, on peut partir jambes tendues et on essaie de les conserver tendues. Pour remonter, on repousse le sol avec l’arrière de la tête. Et dans l’idéal, on se stabilise en position de départ. On ne peut que constater que le jour où j’ai tourné la vidéo, l’affaire a été plutôt laborieuse 🙂