Comment redresser le dos

Redresser le dos demande des efforts. Mais les résultats à en attendre sont fructueux tant du point de vue physiologique que du point de psychologique.

Se redresser pour s’ouvrir au monde

Les expressions comme “faire le gros dos” pour dire que l’on ignore une situation afin de se protéger, “faire le dos rond” pour laisser passer les critiques sans réagir, ou “courber le dos” comme synonyme de “céder”, laissent entendre qu’à l’opposé, quelqu’un qui redresse le dos est quelqu’un d’ouvert sur le monde, capable d’affronter les difficultés.
La posture du corps est aussi à l’image du mental. Un dos courbé peut témoigner des accidents de la vie, d’un travail physique éprouvant, du poids de l’âge, mais il peut aussi aussi signifier le repli sur soi, la dépression.
Redresser le dos n’est pas qu’une question physique bien sûr mais la porosité entre physique et mental permet d’agir sur le physique pour agir sur le mental : en redressant le dos, le mental s’allègera aussi progressivement (cet article de Todd Hargrove liste les études qui ont montré le lien postural entre sentiment de confiance en soi et capacité à faire).
Symboliquement et spirituellement, notre corps se pose comme un lien entre ciel et terre et redresser le dos, c’est assumer pleinement notre responsabilité d’être humain : nous nous redressons aussi pour accéder à la connaissance.

Un élan vers soi

La volonté de redresser son dos témoigne d’une attention à soi, d’un souhait d’évolution, de changement.
Dans les sociétés modernes, beaucoup de personnes sont avachies : le simple fait de se tenir avec un dos redressé attire l’attention et modifie positivement la perception des autres sur nous. Le dos redressé ouvre aussi les échanges de regards et la personne qui se « tient bien » est sentie comme plus digne de confiance, ne cherchant pas à dissimuler quoi que ce soit.
Redresser un dos avachi demande des efforts : les muscles profonds contribuant au maintien de la colonne vertébrale se sont relâchés. Ils doivent se réhabituer à travailler. C’est fatigant, surtout au début. Il faudra persévérer. Petit à petit, vous tiendrez de plus en longtemps en diminuant l’impression d’effort et de travail.

Redresser son dos : qu’est-ce que ça veut dire ?

Se redresser pour aller vers la connaissanceRedresser le dos, c’est le détasser, créer la sensation de mettre de l’espace entre les vertèbres, trouver la position qui permet d’allonger le dos dans sa longueur, sans effacer les courbures naturelles, c’est trouver la position de l’ensemble du corps qui permet l’éloignement maximal entre l’atlas (nom de la première cervicale) et le bout du coccyx.
Redresser le dos, ce n’est pas avoir le dos “droit”. Le début du travail commence par prendre conscience des courbes de la colonne vertébrale. Ces courbes sont le résultat de l’évolution de l’être humain qui a fini par se tenir sur ses deux « pattes » arrière, et elles sont nécessaires pour absorber les chocs de la marche.
La colonne vertébrale optimisée pour la marche dessine deux creux et deux bosses. Les deux points les plus en creux se situent vers le milieu du dos et au niveau du coccyx, les deux points les plus en relief, au niveau des omoplates et dans le bas du dos. Autour de la forme optimale, il y a plein de formes possibles. Certaines sont jugées pathologiques quand elles génèrent des douleurs excessives et des dégâts sur la santé.

Redresser le dos debout

Redresser le dos pour travailler son estime de soiPour redresser, il faut s’appuyer.
Debout, l’appui se fait sur le sol, par la plante des pieds, étalés le plus pleinement possible en répartissant le poids du corps sur un triangle base du gros orteil / base du petit orteil / milieu du talon.
Vous laissez le bassin se positionner dans le relâchement, à l’aplomb des jambes. Si vous sentez des tensions dans le bas du dos, en poussant les rotules un peu vers l’avant (c’est-à-dire en pliant à peine les genoux), elles diminuent.
Les bras sont relâchés mais les épaules légèrement ouvertes vers l’arrière, comme pour pousser un peu la poitrine vers l’avant. L’estomac ne doit pas être comprimé. Pour détasser l’avant du coprs, vous remontez un peu le plexus solaire, avec la sensation de tendre la peau du ventre. Pour sentir cela, prenez une douce inspiration, laissez les poumons se remplir d’air et la cage thoracique remonter (mais pas les épaules, qui restent relâchées). Ce mouvement ne doit pas creuser le bas du dos.
Les ajustements dépendent de la morphologie de chacun. Le travail est fin et vous devez être très attentif à votre corps. Si vous n’en avez pas l’habitude, cela viendra avec le temps et la pratique.
La tête se place sans tension, le regard posé à l’horizon, le menton dégagé de la ligne des épaules, sans remonter vers le haut.
Laissez-vous sentir que vous êtes beau ainsi. Vous ressentez le confort de la beauté.

Redresser le dos assis sur une chaise

Choisissez l’assise qui correspond à votre corps.
Les cuisses doivent être parallèles au sol, vos fémurs écartés de la largeur de votre bassin, les jambes à l’aplomb des genoux, perpendiculaires au sol, les deux pieds étalés sur le sol, en appui comme décrit en position debout.
L’attention se porte sur le positionnement juste du bassin : vous placez la pointe des ischions (les deux os saillants dans les fesses) vers le bas. En déplaçant la masse des fessiers vers l’arrière, vous les sentirez mieux et les placerez d’autant mieux.
Le plat dans le bas du dos (l’arrière du bassin) est perpendiculaire au sol. Vous retrouvez les courbes naturelles de votre colonne, mais atténuées.
Une fois cette base ajustée, vous reprenez la même progression dans le placement du dos, des bras, des épaules, de la cage thoracique, et de la tête, que décrit en position debout.

Les bonnes habitudes

Qualité de la literie pour prendre soin de son dosS’occuper de son dos, c’est aussi lui accorder le repos de qualité dont il a besoin : le relâchement des muscles et le processus de réhydratation qui se produisent pendant le sommeil permettent de récupérer les 2 cm que nous perdons au cours d’une journée.
Une literie adaptée qui vous apporte le soutien nécessaire en fonction de votre corpulence contribue à cette qualité de repos, de même qu’une durée suffisante dans une posture allongée (et non pas avachi dans le canapé devant la télé par exemple).
Notre corps est fait pour bouger. Si votre activité professionnelle impose une assise prolongée, levez-vous et marchez quelques pas régulièrement, l’idéal étant toutes les 45 minutes.
Contrôlez régulièrement votre posture pour redresser le dos : plus vous le ferez, plus cela deviendra automatique.

Laisser un commentaire