Comment votre posture révèle votre vie intérieure.

Notre posture révèle notre vie intérieure. Notre façon de bouger donne autant d’indices qui reflètent notre état d’esprit et la manière de percevoir le monde qui nous entoure. Dans cet article, je vous parle de thérapeutes qui ont cherché à préciser le lien entre monde physique et monde psychologique et ont, de ce fait, développé des approches originales. Et je vous explique aussi comment je conjugue yoga et ennéagramme pour construire mes séances de yoga individualisées. Tous ces éléments vous donneront sûrement des pistes intéressantes pour mieux comprendre la façon dont vous fonctionnez.


Approches d’hier et d’aujourd’hui

Aujourd’hui, on entend couramment parler du langage corporel, qui est susceptible de trahir l’état d’esprit d’une personne. Voix, gestes, expressions du visage, posture, mouvements, regards, gestion de la distance avec les autres, etc. fournissent autant de signes émis de manière consciente ou inconsciente et auxquels on peut donner un sens.

L’idée qu’il existe des liens entre corps et esprit n’est pas nouvelle. Vous connaissez sans doute l’expression « Un esprit sain dans un corps sain« , expression qui trouve ses racines dans l’Antiquité. Elle est la traduction de la citation latine « Mens sana in corpore sano », écrite par le poète romain Juvénal dans ses Satires, et insiste sur le lien entre le bien-être physique et mental.


Pierre de Coubertin, le fondateur des Jeux Olympiques modernes, était un grand partisan de cette façon d’envisager l’être humain. Il a développé une vision du sport comme moyen d’améliorer la santé et la condition physique, mais aussi comme moyen de développer des valeurs morales et sociales positives, parmi lesquelles équité, respect, persévérance. L’excellence est progressivement devenue la réalisation du potentiel de chaque individu, tant physiquement que mentalement. Avec les excès que l’on connaît aujourd’hui, où la performance règne en maître.

Des recherches ont été menées par différentes personnalités pour essayer de dégager un système qui relie posture et personnalité. Je vous parle ici de deux d’entre elles.


La méthode des chaînes musculaires GDS

L’approche de Godelieve Denys-Struyf (1931-2009) se base sur les centaines de personnes qu’elle a soigné. D’abord portraitiste, cette femme de nationalité belge s’est tournée vers la kinésithérapie et l’ostéopathie à l’âge de 28 ans. Animée par une vision holistique du soin, elle prenait en compte la personne dans sa totalité plutôt que de se concentrer uniquement sur des symptômes isolés. Cela paraît presque une évidence aujourd’hui… Mais ce qu’elle en a tiré de ses observations est particulièrement intéressant.


Au fil des années, elle a dessiné certains de ses patients et a identifié des types de postures créées par des mises en tension excessives des chaînes musculaires. Elle a progressivement établi une relation entre certaines tensions et une attitude psychologique dominante, mettant à jour une symbiose très concrète entre corps et esprit.


Entre les années 1960 et 1970, elle a finalement élaboré une méthode unique basée sur la reconnaissance de cinq chaînes musculaires distinctes, aujourd’hui connue comme méthode des chaînes GDS, les trois initiales de son nom. L’équilibrage des chaînes améliore la posture et réduit la douleur. Elle fait partie des approches présentées aux kinésithérapeutes.


Certains spécialistes de l’ennéagramme ont essayé d’établir une relation entre typologie GDS et ennéagramme. Il semblerait qu’on puisse relier les trois grandes préférences de fonctionnement aux trois grandes familles de l’ennéagramme.


Faire le lien entre usage du corps et ennéatype

Alan Sheets et son épouse Siska Tovey sont connus pour essayer de comprendre s’il existe une éventuelle relation entre l’usage de la force corporelle et les différents types de l’ennéagramme, le premier étant praticien en Feldenkrais et maître d’Aïkido quand la seconde est praticienne Aston-Patterning.


De leurs recherches, il ressort que des personnes qui projettent le haut du corps vers l’avant s’avèrent souvent préférer le centre mental. Ceux qui avancent davantage le ventre sont des types qui préfèrent le centre émotionnel. Enfin, ceux qui font un usage redressé de leur corps, se retrouvent généralement dans les types qui préfèrent le centre instinctif.


Les types du triangle (3-6-9) présentent un mode de fonctionnement différent, davantage basé sur le centre de support.


Ennéagramme et yoga

Ces approches sont des exemples qui révèlent la profonde interconnexion entre le corps et l’esprit. La façon dont nous pensons le monde se reflète dans notre corps mais le corps peut, à son tour, être un outil précieux pour transformer l’esprit. Corps et esprit sont deux facettes d’un même être, indissociables et en constante interaction, bien que l’un puisse l’emporter sur l’autre. C’est souvent lorsque l’esprit tente d’imposer ses objectifs au corps que se produisent les blessures. Et c’est grâce aux réflexes que l’on peut se sauver de certains dangers.


Comprendre la nature du lien corps-esprit, comment il est possible de l’exploiter pour le meilleur de soi est tout le propos d’une approche comme le yoga (lire l’article sur la psychologie de la posture de yoga). Sans oublier à la jointure des deux, cette autre facette de nous qu’est la respiration (j’ai rédigé un ebook sur l’art de la respiration qui approfondit la question et que je vous invite à télécharger gratuitement).


On trouve sur Internet des correspondances entre postures de yoga et ennéagramme. Il y a l’idée que tel type trouverait un bénéfice à pratiquer une posture particulière. Mais c’est une approche simpliste. Sans aller forcément jusqu’à une identification précise de l’ennéatype de la personne, des propositions adaptées se construisent en prenant d’abord en compte l’équilibre des trois centres, ce qui peut se faire au fil des séances de manière intuitive.


En tant que professeur de yoga et coach ennéagramme, je me garde d’adopter une approche systématique. Mes séances de yoga individuelles se construisent à partir d’une observation attentive de la façon dont le corps de mes clients réagit aux propositions, ainsi que de ce qu’ils peuvent exprimer oralement. S’il est nécessaire de s’appuyer sur un cadre, il faut aussi développer de la nuance.


Je suis Laetitia, prof de yoga & coach ennéagramme. Jour après jour, je développe une pratique qui nourrit le lien corps-esprit.

Découvrez pourquoi le souffle est un pivot de l'amélioration personnelle, agissant autant sur le corps que sur l'esprit. Recevez l'ebook 9 clés pour maîtriser votre souffle et retrouver la vitalité.

Tous droits réservés