Gagner sa vie en enseignant le yoga : comment est-ce possible ?

Professeur de yoga est-il un métier ? Comment gagner sa vie en enseignant le yoga ? Compte tenu du nombre de profs de yoga qui exercent aujourd’hui, on peut se dire que oui, en effet, il est possible de gagner de l’argent. Certains en gagnent plus que d’autres. Beaucoup de paramètres entrent en ligne de compte pour expliquer ces disparités. En tout cas, si vous êtes arrivé sur cet article, c’est sans doute que vous envisagez l’enseignement du yoga comme projet. Cet article vise à vous donner des repères et des clés pour faire avancer votre projet.


Quelle est la reconnaissance du yoga aujourd'hui ?

Aujourd’hui, le yoga constitue un vaste marché, très lucratif, attirant bien des personnalités (anciens danseurs professionnels, mannequins…) qui deviennent rapidement des chefs de file grâce à leurs compétences physiques et/ou à leur célébrité.
La moyenne de la rémunération d’un professeur de yoga en France est fixée à 1 700 euros nets. Mais ce n’est qu’une moyenne et nombreux sont ceux pour qui ce montant est beaucoup plus faible, du simple fait qu’ils ne souhaitent pas en faire leur activité principale. Il y en a d’autres qui parviennent à dépasser largement les 4 000 euros mensuels. L’énergie déployée n’est bien sûr pas la même selon les objectifs visés.


En France, la pratique du yoga est considérée comme une activité culturelle et non comme une activité sportive. L’enseignement du yoga n’entre pas dans la liste des professions réglementées. De ce fait, aucun diplôme officiel n’est reconnu en France comme à l’étranger, contrairement à des pratiques comme le judo ou la danse. Un organisme américain, la Yoga Alliance a mis en place une certification internationale. D’une manière générale, une attestation valide simplement le fait qu’une personne a suivi un nombre d’heures de formation. Certains organismes mettent en place un contrôle plus ou moins continu pour s’assurer de l’intégration d’un certain nombre de connaissances. D’autres demandent la rédaction d’un mémoire… Les élèves sont finalement peu au courant de ces systèmes. Mais le fait d’avoir suivi une formation ouvre la possibilité au professeur de s’assurer et de prétendre à une embauche.


La disponibilité pour enseigner le yoga

Le projet de devenir professeur de yoga ne se présente pas de la même façon en fonction de l’âge que vous avez et de votre situation personnelle.


Si vous êtes jeune, la logique veut que vous soyez plus libre dans l’organisation de vos cours car vous n’avez, par exemple, pas encore de famille à charge. Parmi les jeunes professeurs de yoga, on trouve beaucoup d’anciens globe-trotters qui ont fini par poser leurs valises à un endroit vers lequel le hasard de la vie les a portés ou à proximité de membres de leur famille. L’énergie de la jeunesse permet de multiplier les cours à l’envie, et l’absence de contraintes offre justement la possibilité de répondre à la demande d’une clientèle disponible, en particulier en soirée et le week-end. Dans ces conditions, il est plus aisé de gagner sa vie dans ces conditions.


On trouve également des professeurs de yoga retraités. Leur planning est généralement assez libre mais, même si le yoga aide à préserver l’énergie vitale, la forme physique n’est pas la même que lorsqu’on est jeune. Les objectifs financiers ne sont pas non plus forcément les mêmes qu’un jeune, puisqu’il y a la possibilité de toucher une retraite et de devenir professeur de yoga pour la compléter. Le nombre de cours peut ainsi être un peu plus limité. Toutefois, parmi les vieux professeurs “connus”, compte tenu de leur niveau d’activité élevé, on ne peut que penser que les motivations ne sont plus seulement pécuniaires.


On observe aujourd’hui une tendance de fond à la reconversion et l’enseignement du yoga fait partie des options plébiscitées. Comme toute logique de reconversion et dans l’optique de créer son activité, il y a l’idée d’une transition à gérer : il faut prendre en compte le fait que l’on ne gagne pas sa vie en enseignant le yoga du jour au lendemain, sauf si on est salarié. Les situations sont bien entendu très variées. La disponibilité d’une mère ou d’un père de famille varie notamment en fonction de l’âge des enfants à charge. Il faut souvent continuer à faire bouillir la marmite, à moins d’avoir un conjoint dont les revenus seuls servent à couvrir l’ensemble des besoins du foyer. Ou certains auront encore pu mettre de l’argent de côté pour se consacrer pleinement au lancement et au développement de leur nouveau projet…


Un local pour donner vos cours de yoga

Pourquoi est-ce que je parle de local alors que le digital explose depuis les confinements liés au Covid-19 ? Est-ce que ce n’est pas passé de mode ?? En effet, l’engouement pour le yoga s’est bien développé sur la toile. Qu’il s’agisse de vidéos en différé ou des cours en live, de nombreux professeurs qui offraient jusque-là des cours en présentiel se sont adaptés et ont saisi l’opportunité de gagner de l’argent de cette manière. Certains ont même démarré ainsi, sans avoir à se préoccuper de trouver une salle. C’est la magie d’Internet !


Avec la fin du confinement, un sondage réalisé par Chin Mudra a révélé que près de 40 % des professeurs de yoga ont décidé de conserver cette façon de donner des cours, même s’ils reprennent en parallèle le chemin des salles. Toutefois, le développement d’une activité 100 % digital demande un savoir-faire particulier en ce qui concerne la communication. Il faut être capable de développer rapidement une communauté assez conséquente si l’on veut vivre de la vente de ses cours en ligne. Il y a aussi l’option Youtube. Mais l’offre est tellement importante que parvenir à atteindre les critères permettant d’atteindre une rémunération conséquente demande une énergie considérable.


Dès l’instant que vous investissez une ville où l’offre de cours de yoga n’est pas saturée, donner des cours en présentiel reste peut-être la solution la plus simple. Mais là encore, il s’agit peut-être d’une question d’âge puisque les jeunes sont réputés plus à l’aise avec les outils digitaux.


Malgré le développement du digital, il reste une clientèle pour le présentiel. Comment pourrait-on imaginer un enseignement de yoga sans la rencontre avec un professeur ? L’été, les cours fleurissent à l’extérieur. C’est d’une part une demande des élèves, mais cela permet aussi de faire l’économie de la location d’un local.


Le besoin de local est une évidence, mais cela peut être aussi un problème. Il n’y a pas si longtemps encore, l’option la plus répandue, c’était le système associatif. Les communes mettent en effet à disposition des associations locales les salles de sport. Mais aujourd’hui, ces structures sont nombreuses et sont en compétition les unes avec les autres pour obtenir des créneaux. Elles peuvent encore ponctuellement recruter des professeurs de yoga et leur proposer un contrat de travail. Mais ce n’est probablement pas le cadre d’exercice le plus fréquent aujourd’hui pour exercer en tant que professeur de yoga.

Une partie des personnes intéressées par le yoga et le bien-être ont suivi le développement de l’offre et peuvent se montrer plus exigeantes par rapport à l’ambiance et au décor. Force est de constater que les salles de sport municipales sont plutôt rustiques.


Aussi, avec le développement de l’enseignement du yoga, dans les villes, il est de plus en plus possible de trouver des salles privées qui sont louées par créneaux horaires. Cela peut être au sein même d’une salle de sports privée, mais cela peut être une salle dédiée au yoga. Ce que l’on observe de plus en plus aussi, ce sont de petits espaces privés attenant à l’habitation.

Le tarif des cours est alors calculé selon une équation complexe qui ne prend pas en compte le coût de la location puisque cette option sera rentabilisée lors de la future vente de l’habitation, mais qui tient compte du fait que le nombre d’élèves est forcément plus réduit que dans une salle de sports. On compte entre 1,5 et 2 mètres carrés par élèves. Une petite salle se remplit donc vite. Si on peut intuitivement penser qu’un professeur de yoga qui peut donner un cours à 20 personnes gagne bien plus qu’un professeur qui ne peut pas donner un cours à davantage que 8-10 personnes, rien n’est moins sûr…


Une dernière solution consiste à créer un studio de yoga. Cela devient une aventure en partie immobilière qui laisse moins de place au hasard que lorsque l’on engage que sa personne, que l’on loue des locaux à un tiers en pouvant résilier en respectant un délai préalablement connu, ou quand on a réalisé que quelques travaux à son domicile.


En cas de création de studio, la surface louée n’est pas la même et les charges à couvrir vont être conséquentes. S’il y a acquisition immobilière, le critère numéro de choix est l’emplacement qui vous permettra de parvenir au niveau d’activité nécessaire pour rembourser l’emprunt et dégager des revenus suffisants. Il faut penser bassin de vie, organisation des flux, parkings, etc. Dans la ville d’Angers, une professeur formée venue d’Angleterre a fait le choix d’investir dans une salle située dans un centre commercial. Le pari a été gagnant car toutes les cases précédemment énumérées étaient cochées. Cerise sur le gâteau, la ville n’offrait pas encore de studio de yoga conséquent dans lequel il était possible de venir sans engagement et sans inscription.


Il va de soi que pour faire démarrer rapidement ce type de projet, il faut avoir une solide stratégie commerciale (la professeur en question était une mère de famille qui avait un passé de chargée de développement commercial dans différentes entreprises, elle maîtrisait donc son sujet !). Par ailleurs, elle proposait une large palette de yoga, depuis des formes traditionnelles jusqu’à des formes plus “tendance”. Cela permettait donc de satisfaire de nouveaux besoins.


La communication est essentielle pour gagner sa vie en enseignant le yoga

La communication est essentielle. S’il y en a qui ont pu démarrer leur activité dans des circonstances favorables et au bon moment pour se contenter du bouche-à-oreille, il est tout de même fortement conseillé de mettre en place des actions de communication. La communication fait vraiment la différence entre des personnes aux compétences équivalentes. Je reste en effet marquée par le témoignage d’un agent artistique évoquant son milieu : il constatait qu’à niveau de maîtrise équivalente d’un même instrument de musique, les musiciens sachant communiquer étaient davantage sollicités et décrochaient davantage de contrats.


Il va falloir vous positionner sur le vaste marché du yoga et présenter une offre qui cible des élèves définis en termes de sexe, d’âge, de situation familiale, de mode de vie, de goûts, de valeurs, de canaux d’information, etc.
Sans que la communication professionnelle soit synonyme d’exposition de soi, il va falloir parler de vous, faire la démonstration de vos compétences et de vos capacités à répondre à un besoin identifié chez votre cible. Il faut devenir visible puis inspirer la confiance. C’est un processus qui demande nécessairement du temps.



Recevez gratuitement votre ebook "Les 9 clés pour maîtriser votre souffle et retrouver la vitalité"

Et rejoignez le cercle de celles et ceux qui veulent vivre plus consciemment leur vie quotidienne.

Yogalâme par Laetitia

Bernex (France)

SIRET 440 959 252 00048

(+33) 06 63 83 22 74

Retrouvez-moi sur les réseaux

© 2024 Yogalâme • Construit avec Systeme.io