Ennéatypes et développement durable.

À une époque où la surconsommation règne largement dans nos sociétés et où la réussite et le progrès ont encore beaucoup à voir avec l’accumulation de biens, l’appel à la simplicité sonne comme une réponse intéressante à plusieurs de nos problèmes contemporains, notamment ceux liés à l’environnement. Dans ce contexte, un style de vie simple est cohérent avec les logiques de développement durable. Une telle démarche n’est pas seulement individuelle mais peut aussi se lire comme un acte citoyen. Je vous propose d’examiner les vertus de la simplicité et comment chaque type Ennéagramme peut y être sensible.

Le poids de la surconsommation.

Par la fenêtre de nos foyers, nous pouvons observer une nature qui semble renaître de ses cendres à chaque saison, entretenant un cycle reposant sur la juste mesure. C’est l’équilibre des écosystèmes. Mais les sociétés humaines semblent en comparaison bien excessives. Leurs logiques sont celles de la consommation qui s’est progressivement (et finalement assez récemment) transformé en surconsommation.

L’intelligence humaine nous a conduit à connaître un niveau de confort sans précédent, sans parler de la sécurité. L’espérance de vie n’a jamais été aussi longue et l’on peut espérer guérir de nombreuses maladies. Toutefois, ces progrès ont un envers : notre confort s’est bâti sur l’exploitation de métaux, de minéraux, de végétaux et d’animaux à un niveau tel que l’équilibre des écosystèmes est menacé. Et comme l’Homme fait aussi partie de ces écosystèmes, cela revient à se tirer une balle dans le pied.

Il s’avère parfois difficile de mesurer concrètement la situation. Le monde se transforme. Il en a toujours été ainsi ! L’atmosphère qui a donné naissance aux dinosaures ne serait pas vivable pour nous les humains et les animaux ont déjà connu 5 extinctions massives. Observateur de ces modifications qui semblent pourtant sans cesse plus rapides, l’Humanité dans son ensemble ne parvient pas à se coordonner. La tâche dans son ensemble est complexe notamment parce qu’elle est affrontée en bloc.

Une vie simple pour un développement durable

La simplicité comme antidote ?

La logique de la simplicité invite fractionner les problèmes complexes en problèmes plus simples pour définir des objectifs précis, réalistes et mesurables. Elle peut aussi conduire à revenir à l’essentiel, à définir nos besoins réels et à distinguer le superflu de ce qui est véritablement important. Il y a des choses qui peuvent être faites à l’échelle individuelle et d’autres qui ne peuvent être faites que si un élan collectif les porte. Ainsi, chacun peut, à sa mesure acheter moins mais mieux, en valorisant la qualité plutôt que la quantité. Mais cette qualité a une prix. Que sommes-nous prêts à payer, individuellement et collectivement ? Dans le même temps, la société repose sur des codes. Dans les années 60, lorsque le niveau de vie était inférieur à ce qu’il est actuellement, il était courant que parents et enfants portent des vêtements reprisés et usés. Les standards contemporains en sont bien éloignés.

Il est toutefois possible de faire preuve d’optimisme. Si un certain nombre de personnes semblent exister à travers leurs achats, la société de consommation donne aussi au consommateur une forme de pouvoir. Or, les lignes commencent à bouger. Les choix se portent davantage vers des produits dont on attend qu’ils durent dans le temps. Les objets multifonctions se parent également de nouvelles vertus puisqu’ils permettent de réduire le nombre total d’articles possédés. La réparation des produits est également un réflexe de plus en plus largement adopté.

Parfois les discours s’affrontent : d’un côte, il y a les tenants d’une austérité radicale à incarner sans tarder, et de l’autre ceux qui misent sur la créativité humaine qui peut conduire à des solutions inédites qui pourront apporter des réponses efficaces aux problèmes qui se posent aujourd’hui. Si les premiers insistent sur l’urgence à (ré)agir, les seconds demandent du temps car la créativité prend forme par étape.

Ennéatypes et développement durable.

Certaines personnes peuvent être plus enclines à des comportements écologiques ou socialement responsables. La connaissance de soi peut aider à mieux comprendre ses propres biais et comportements, ce qui peut conduire à des choix plus durables.

L’Ennéagramme peut aider à identifier les valeurs fondamentales d’un individu. Si ces valeurs sont en accord avec les principes du développement durable, cela peut servir de puissant moteur de changement.
Une compréhension des différents types de l’Ennéagramme (ennéatypes) peut aussi aider à communiquer plus efficacement à propos des problèmes liés au développement durable, en adaptant le message de manière à résonner avec différents types de personnalités.

Les types 1 sont motivés par un désir d’intégrité et de bien faire les choses. Ceux qui sont sensibles au développement durable agissent parce qu’il s’agit du bon choix moral et que la logique du développement durable peut aider à rétablir l’ordre et la justice dans le monde.

Les types 2 sont motivés par un désir d’être aimés et d’aider les autres. L’impact positif que leur adhésion aux logiques de développement peut représenter est une motivation qui peut les séduire.

Les types 3 étant motivés par le succès, ils seront intéressés par les aspects rentables des pratiques durables, leur aspect « standard d’excellence » aussi dans le monde des affaires moderne.

Pour les types 4, l’unicité et l’authenticité sont importantes. Ils seront d’autant plus sensibles au développement durable qu’il s’agit d’un mode de vie qui peut les distinguer et leur permettre une forme d’expression individuelle.

Les types 5 sont des penseurs qui aiment les détails. Ils ne peuvent adhérer aux logiques de développement durable que pour de bonnes raisons : faits, chiffres, et études doivent démontrer l’efficacité des actions proposées.

Les types 6 cherchent la sécurité et ont souvent des craintes concernant le futur. S’inscrire dans des logiques de développement durable peut être une manière de préparer et sécuriser l’avenir.

Les types 7 sont séduits par les expériences nouvelles. Ils seront sensibles aux aspects novateurs du développement durable et au fait que cela peut constituer une aventure passionnante de s’engager dans cette voie.

Les types 8 sont forts et protecteurs. Pour eux, le développement durable peut être une façon de protéger les plus vulnérables et de défendre la justice.

Les types 9, enfin, veulent la paix intérieure et extérieure. Ils seront alors d’autant plus motivés à s’engager dans des actions de développement durable qu’ils sont convaincus que le monde sera plus harmonieux et paisible.

Si vous vous sentez déconnecté de vos valeurs profondes, laissez l’Ennéagramme vous guider vers une meilleure compréhension de vous-même. Réservez votre session de coaching en Ennéagramme sans attendre et débloquez le pouvoir de vivre selon vos valeurs véritables.